.

Tu le sais (ou peut-être pas), j’ai posé ma démission lorsque j’en ai eu marre de mon boulot de consultante, sans savoir vraiment ce que j’allais faire après !

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
Si tu es nouvelle ici, tu voudras sans doute suivre mon guide pour dessiner tes perspectives professionnelles sans partir dans tous les sens : Clique ici pour télécharger le guide gratuitement ! Merci de ta lecture et à très vite sur ce blog !🙂
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
.

Pour certains, ce serait de l’inconscience, pourtant, je ne regrette absolument pas mon parcours. Personnellement, cela m’a permis de n’avoir aucune possibilité pour battre en retraite et donc d’avancer. Cependant, faire le saut de la démission dès les premiers signes d’ennui n’est pas toujours possible, ni souhaitable !

Avant cela, il y a un certain nombre d’actions que l’on peut mettre en place pour avancer concrètement et c’est ce dont je veux te parler dans cet article !

.

La phase “je me jette partout” :

Quand on réfléchit à changer de métier, on se dit qu’il y a une montagne de choses à faire et on se demande par quel bout on va bien pouvoir commencer. Cela peut même être décourageant tant le projet paraît immense.

C’est une période déstabilisante : des phases d’euphorie (procurée par l’enthousiasme des nouvelles idées) alternent avec des moments de découragement dus à l’absence de concrétisation imminente dans notre vie. C’est normal : on sur-estime souvent ce qu’on est capable de faire dans un laps de temps donné ; d’où l’importance de se faire accompagner pour tenir le cap malgré ces “up and down”.

S’il est vrai que le simple fait d’imaginer une reconversion peut nous rebooster et alléger, d’un seul coup, notre quotidien rempli de frustrations et d’insatisfactions, on ne peut, éternellement, se bercer de doux rêves (l’humain est ainsi fait et c’est très bien). Il arrive forcément le moment où le passage à l’action devient urgent.

Mais malgré l’envie, cela n’est pas toujours évident. Et si l’on n’agit pas, il est très probable, qu’au fur et à mesure, à l’image de la vapeur dans une cocotte-minute, on finisse par arriver à saturation (et je t’assure, c’est pas très sympa là-bas ! #blague de merde) et à agir de façon impulsive (Tu ne veux pas te tirer une balle dans le pied en t’embrouillant avec ton N+1, ni quitter ton taf sans négocier une rupture conventionnelle, non, tu ne veux pas…).

.

Plus une course de fond qu’un sprint :

Alors, je ne vais pas te vendre du rêve (tu sais que je n’aime pas vraiment ça). Une reconversion, c’est plus une course de fond qu’un sprint. Se réinventer professionnellement peut prendre plusieurs années. Le blogueur et auteur de bestsellers, James Altucher, (qui est déjà reparti de zéro plusieurs fois dans sa vie) parle de 5 années pour accomplir une reconversion totale :

  • Année 1 : Tu t’agites dans tous les sens et lis tout ce qui te tombe sous la main à propos de ce nouveau domaine. Tu commences à peine à mettre en pratique.
  • Année 2 : Tu as identifié toutes les personnes à qui tu dois parler et celles avec qui tu dois “networker”. Tu pratiques tous les jours et tu commences à comprendre à quoi ressemble ton nouvel écosystème.
  • Année 3 : Tu es assez bon pour commencer à gagner de l’argent, mais tu ne peux pas encore en vivre totalement.
  • Année 4 : Tu commences à avoir un bon revenu grâce à ton nouveau job.
  • Année 5 : Tu t’enrichis (oui, bon c’est un américain… ^^)

.

Donc, mon propos dans cet article est de partager avec toi les astuces (que j’ai moi-même mises en place) pour aller vers plus d’épanouissement professionnel.

.

Si l’on suit l’agenda de James Altucher :

Deux ans s’écouleront entre le moment où tu débuteras tes recherches et le moment où tu commenceras à pouvoir gagner de l’argent grâce à ta nouvelle activité.

Evidemment, c’est une moyenne, cela dépend de tes contraintes personnelles, de ta motivation et des freins que tu te mets à toi-même.

Crédit : Justin Luebke

Voici les premières actions à mettre en place :

.

1. Prévois très concrètement une plage horaire dans ton agenda pour travailler sur ce nouveau projet.

Par exemple, 1 à 2 heures le samedi matin. Garde-toi cette plage horaire coûte que coûte. Intègre intentionnellement ce projet de reconversion à ton emploi du temps. S’il n’y a pas de place pour ça, ça n’arrivera pas !

.

2. Fais le point sur tes satisfactions ET tes insatisfactions au travail.

Tu te sentiras plus au clair sur ce que tu souhaites dans ta vie pro et sur ce que tu ne souhaites plus. Et ce sera plus facile de définir ce qu’est le job idéal pour toi et donc de le trouver. Pour t’y aider, j’ai confectionné ce guide de réflexion : 7 étapes pour clarifier tes aspirations professionnelles.

.

3. Mets, chaque mois, une certaine somme d’argent de côté pour préparer ta reconversion.

Cet argent pourra te servir soit :

  • pour investir dans ton projet (que ce soit pour une formation ou un accompagnement, tout le monde n’obtient pas un financement de Pôle Emploi, loooooin de là, mais ce n’est pas une raison non plus pour ne pas investir en soi-même ;-))
  • Pour te constituer un “matelas”, le temps que tu gagnes un revenu suffisant..

.

⁉️ Pour t’aider à déterminer ce matelas, voici un outil : http://eepurl.com/cYc9Pb

💯 Tu peux aussi lire : 37 idées pour financer sa transition de carrière

;

Il existe un conseil que l’on entend souvent en finance personnelle : C’est “¨Paie-toi en premier ! ”

.

Qu’est-ce que ça veut dire ? Et bien, mets en place un virement automatique de ton compte courant vers ton compte épargne, à la date du jour où tu reçois ton salaire.

.

Même si ce n’est qu’une petite somme, c’est déjà TOP ! Imagine au bout de 2 ans : tu auras déjà un petit pécule pour financer ton switch professionnel. Fais-le maintenant !

.

4. Détermine les diplômes/certifications que tu devrais obtenir et le coût de chaque formation.

.

5. Identifie les personnes avec qui tu dois échanger.

Pour obtenir des informations sur ce(s) nouveau(x) secteur(s) que tu convoites (à ce stade, il peut encore y en avoir plusieurs). Profites-en notamment pour te renseigner sur le temps moyen pour se former et pour être compétent dans ce nouveau domaine.

J’entends souvent que tu n’oses pas aller au-devant de personnes que tu ne connais pas pour parler de ton projet de reconversion.

Une croyance très fortement répandue est que les contours de son projet doivent impérativement être clairs et définis avant de pouvoir en parler à d’autres personnes, en particulier, avant de réseauter avec des professionnels.

.

Je t’invite à te pencher 2 minutes sur cette attitude :

> Quelle(s) crainte(s) cache(nt)-t-elles ?

> Quelles en sont les avantages et les inconvénients ?

(Si c’est aussi ce que tu penses, je t’invite vraiment à y réfléchir et à assouplir cette croyance …..)

Pourquoi ? Et bien, comme souvent, le mieux est l’ennemi du bien ! 😉 Tu attends de savoir exactement ce que tu veux avant d’aborder des experts dans les domaines qui te font de l’oeil, alors que c’est précisément lors des échanges avec ces derniers, que tu as des chances d’avoir des prises de conscience à propos du type de job qui te fait vraiment rêver.

;

6. Prépare ton pitch de présentation (ou “elevator pitch”).

Pour être prêt(e) à le “dégainer“ lorsque tu rencontreras une nouvelle personne œuvrant dans le (ou les) domaine(s) qui t’intéresse(nt). Ce pitch de présentation DOIT être construit pour te permettre :

  • De marquer l’esprit de ton interlocuteur : on ne sait jamais, cette personne pourrait te permettre de décrocher ton futur job … !
  • D’orienter rapidement la conversation sur ce que tu cherches à savoir /obtenir (une info, le nom d’un contact, etc…)
  • De te sentir fier(e) lorsqu’on te demande : “Et vous, que faites-vous dans la vie ?” Et ce, bien que tu sois en quête de nouveaux horizons professionnels !

.

7. Passe à l’action !

Tu as aimé cet article? N’hésite pas à le partager! ❤

Les ressources pour t’aider :

.

👉 Télécharge ton guide pour dessiner tes prochaines perspectives professionnelles.

💵 Gère financièrement pendant la transition de carrière

➡️ Objectif : Avoir moins peur d’avancer

[/tatsu_text][/tatsu_column][/tatsu_row][/tatsu_section]